France 2015- Road trip : Grau du roi, Marseille, Cassis, St-André de Roquepertuis

Notre contrat terminé, on prend la route vers le Grau du roi.

On y va pour deux raisons : régler la paperasse avec notre conseillère de banque et revoir nos amis Nico & Marilys.

On the road again. ! 

Arrivée au Grau du roi.

Nous sommes hébergé par nos amis Nico&Marilys.

Le soir ils travaillent, donc nous restons soit dans leur appartement (après 6 mois sans TV, ça fait du bien de se poser devant et zapper) soit on part se promener.

Soirée retrouvaille avec un ancien collègue.

 Petit tour à  la foire, en compagnie de Ludo, un ancien collègue du Lodge.
Lui aussi est un grand voyageur, il  revient d’un WHV en Australie et repars en Amérique du sud après sa saison.
En journée, nous allons à la plage et nous nous promenons.
La belle vie…
La mer

 

Une anguille
Le  mercredi 26 août : Anniversaire Marilys.

Direction le BAM (Bar à musique) d’Aigues-Mortes, on y rejoint des amis à eux.

Anniversaire Marilys
Jeudi 27 Août : Jour de congé de Marilys. Soirée « Sushis » et puis sortie à Montpellier.

 

Sushis maison

Fin du séjour … on remballe « nos clics et nos clacs » et on prend la route pour Marseille.

*Arrivée à Marseille.

 

On arrive à Marseille, on se gare au parking du vieux port (après avoir tourné 20 min) et on cherche le hard rock Café (habitude des grandes villes).

En envoyant mes « snapchats », je reçois un message de Geeta, une amie de Denis, qui nous signale qu’elle habite à Marseille depuis quelques mois et que ce serait sympa de se croiser.

On continue notre après-midi « visite » puis on se dirige chez elle pour la revoir.

Hard rock café
Notre programme de l’après-midi : Visite de la ville.

 

Vue panoramique sur la ville
Notre dame de la garde
Sur le vieux port

Le soir, chez Geeta. 

La suite du programme : Restaurant, promenade dans la ville et dans le nouveau centre commercial : les terrasses.

Sushis sous forme de self-service

Première fois qu’on mange des Sushis dans un restaurant « Self-service »

Le principe est simple :
Des assiettes défilent sur des tapis roulants.
Il faut prendre celles qui nous intéressent; chaque couleur a son prix. Et à la fin du repas le serveur comptabilise le tout.
Impressions : 
Je préfère de loin un restaurant à la carte au self-service ou restaurant à volonté.
Car ils sont plus « élaborés » et originaux.
Mais ce n’était pas mauvais du tout.
Un point « négatif » sur ce style de restaurant (pour le consommateur): c’est qu’on ne sait plus s’arrêter. On a encore une petit faim, alors on reprend une assiette. Alors que dans un restaurant, une fois le plat terminé, on recommande rarement un second.

 

 

« Les terrasses ». 
C’est un nouveau centre commercial. Comprenant des magasins de vêtements, décorations originales, cafés, restaurants, starbucks, …
Quand on arrive au dernier étage, on a la possibilité de sortir et d’avoir une vue panoramique sur la ville.

Maintenant, direction « CASSIS ».

C’est mignon comme ville. Ça me fait penser à St-tropez en plus petit et moins friqué.

Au départ, on s’y rend pour les calanques « sauvages », mais elles sont fermées, on est en « zone rouge ». C’est-à-dire accessible que le matin. Il y a différentes « zones » et la décision de les ouvrir /fermer se prend chaque soir.
Ils protègent le site des risques d’incendies.

Après midi : plage.

 
Après l’après-midi bronzette, on se dirige vers le centre pour manger et se balader le long du port.
 

 

Restaurant où nous n’irons plus.

Un personnel incompétent et pas sympathique, une cuisine fade et peu copieuse à mon goût.

J’ai pris, comme vous pouvez le voir: pâtes-Gambas, j’ai eu : 4 gambas, 1 tomate cerise coupée en deux et une sauce sans goût.

Le point positif de l’histoire ?
Ils étaient tellement nuls qu’ils ont fait l’addition de la table à côté, tout à notre avantage bien sûr.
(AAAh ces serveurs qui ne retiennent pas leur numéros de tables !)

 Après ces petits city trip, on se rend à St-André de Roquepertuis.

Entre nos city trips et les vendanges, quelques jours de « repos » s’imposent. Même si on ne travaille pas pendant nos city trip, on bouge pas mal et on ne se repose pas.
Mon oncle possède une maison familiale de vacances dans ce village donc nous lui demandons si on peut y passer quelques jours.

 

On est bien ici… On a plus ressenti ça depuis longtemps. Même si on avait notre studio ou le logement sur place avant, on n’y était pas « comme chez nous », on ne profitait pas de la même manière.

Ici, on a pas d’horaire, on s’occupe comme on veut, on est complètement indépendant, on a notre propre chambre, la salle de bain, une cuisine et salle à manger à notre disposition. On peut enfin préparer de bons petits plats, car on a un four, un congel, un grand frigo… C’est fou comme les plaisirs sont simples parfois.

On a vraiment un « chez nous » à court terme et ça fait un bien fou.

Au programme :

REPOS.
Et ne pas trop se déplacer pour éviter de dépenser. Quand on ne travaille pas c’est difficile de garder un équilibre budgétaire.

 

 

TIC TAC TIC TAC…. décompte avant les vendanges….

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s